Image(s) de l'article [qsds sd s dsdsc d sfds d]
La CENCO appelle tous les acteurs sociopolitiques du pays à travers une tribune d’expression populaire du Bureau de Liaison Parlementaire (BLP) de promouvoir le dialogue pour un processus électoral apaisé
Le Président de la CENI a participé, le vendredi 12 février 2016 au Centre Interdiocésain de Kinshasa, à une Tribune d’Expression Populaire organisée par le Bureau de Liaison parlementaire de la CENCO, pour une mobilisation de la population autour de la nécessité d’un dialogue en République Démocratique du Congo. Le Président a pris la parole pour échanger avec les participants venus de toutes les sensibilités tant politique que de la société civile sur l’état des lieux du processus électoral en cours pour une implication de tous en de sa réussite. Satisfait d’avoir rencontré toutes les sensibilités sociopolitiques de la ville province de Kinshasa à travers cette activité des BLP, Corneille NANGAA YOBELUO a mis à profit cette tribune pour palper du doigt les attentes de toutes les sensibilités sociopolitiques à savoir les élus nationaux, les membres des institutions présents dans la salle, les notables, les représentants de la société civile, les organisations des jeunes ainsi que les diplomates.

Après son speech, Corneille NANGAA YOBELUO a éclairé la lanterne des politiques et des membres de la Société civile qui étaient nombreux à prendre part à cette réunion citoyenne d’échange avec le Président de la CENI ainsi que d’un représentant de la majorité présidentielle, en l’occurrence l’honorable SHE OKITUNDU du PPRD et d’un représentant de l’Opposition politique, en la personne de l’honorable MIRINDI de l’UNC. Leurs préoccupations qui tournaient essentiellement autour des préparatifs des élections en RDC, ont été généralement rencontrées.

À travers une communication franche, sincère et de vérité, le Président de la CENI a rassuré les participants quant à l'engagement de son institution à organiser de bonnes élections telles qu'exigé par le cadre légal congolais. Pour lui, le retard pris dans la mise en œuvre du Calendrier électoral global aura certainement un impact sur le déroulement normal des activités électorales dans le pays. Et d’expliquer que le jour du scrutin est une journée qui consacre, en réalité, le résultat de la somme des activités préparatoires des élections sans lesquelles il n’est pas possible d’envisager l’organisation normale des élections. Enumérant précisément une activité après une autre, le Président de la CENI a évoqué ce qu’il qualifie de chemin critique des élections avec lequel il n’est pas possible de négocier en termes de délai. C’est d’abord le processus d’achat du matériel électoral. C’est ensuite le défi du déploiement des outils (matériels) électoraux, en tenant compte des conditions extrêmement difficiles que traverse le pays. C’est ici qu’il a rappelé aux uns et aux autres qu’en l’absence de l’appui logistique de la MONUSCO supprimé depuis, il sera difficile de maîtriser dans les délais, les défis logistiques des élections prochaines.

Députés, notables, cadres des administrations nationales et les membres de la Société civile mobilisés
 
Tout au long de son intervention, Corneille NANGAA YOBELUO a tenu à montrer la nécessité pour les congolaise de toutes les catégories de s’imprégner des réalités électorales du pays. Toutes les questions étaient au rendez-vous.

Pour la plupart des participants, il est important de promouvoir de nouvelles élections afin que le peuple se rassure du renouvellement des mandats des élus. D’où cette invitation du Président de la CENI de procéder urgemment à la révision du fichier électoral afin de donner la chance à la RDC d’organiser des élections programmées par la loi et la Constitution.

Auparavant, le 1er Secrétaire Général Adjoint de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, a lancé un message pathétique des évêques Catholiques aux politiques et surtout à ceux qui ne veulent pas du dialogue de mettre un peu de l’eau dans leur vin, car l’objectif du dialogue est de restaurer la confiance entre les acteurs politiques et relancer le processus électoral dans notre pays.
  • Députés, notables, cadres des administrations nationales et les membres de la Société civile mobilisés