Image(s) de l'article [qsds sd s dsdsc d sfds d]
CENI-Gouvernement et Partenaires se concertent sur les élections en RDC.
La deuxième réunion du Comité de Partenariat du Projet d’Appui au Processus électoral (PACEC) a vécu ce vendredi, 26 février 2016, au siège central de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Des Ambassadeurs parmi lesquels celui des Etats-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni, du Canada et de la Belgique ; des Membres du Gouvernement parmi lesquels Salomon BANAMUHERE BALIENE de la Décentralisation et Affaires Coutumières, Henri YAV MULANG des Finances, MBOSO N’KODIA PUANGA, Vice-ministre de la justice et Antoine BOYAMBA, Vice-ministre des Congolais de l’Etranger, ont entouré le Président de la CENI, Corneille NANGAA YOBELUO et la Directrice Pays du PNUD, PRIYA GAJRAJ, tous deux co-présidents du Comité de Partenariat.

Des échanges aussi bien techniques que d’orientation politique portant sur l’avenir du processus électoral en République Démocratique du Congo. Plusieurs autres intervenants étaient au rendez-vous du Comité de partenariat de ce vendredi, 26 février à la CENI. Parlant de l’état des lieux du processus électoral, les trois entités membres du Comité de Partenariat ont évalué ensemble le niveau des préparatifs de l’opération de révision du fichier électoral en République Démocratique du Congo.

Il se dégage de cette évaluation que la partie gouvernementale a déjà amorcé les premiers décaissements des fonds destinés à la prise en charge des activités électorales. A cette occasion, la délégation gouvernementale a réaffirmé, par la bouche du Ministre d’Etat à la décentralisation Salomon BANAMUHERE, la disponibilité renouvelée du Gouvernement de remplir sa part du contrat.

Dans sa communication, le Président de la CENI, Monsieur Corneille NANGAA YOBELUO a tenu à montrer la nécessité pour les partenaires au processus électoral de mettre toutes les batteries en marche pour s’impliquer dans la réussite du processus électoral en cours en mobilisant les moyens logistiques, financiers et humains nécessaires à travers le projet d’Appui au Cycle électoral de la RDC (PACEC/PNUD).

L’appel de la CENI aux Partenaires pour le financement du PACEC

Le président de la CENI a voulu recueillir les différents avis sur la contribution réelle de chaque entité et partie prenante au processus électoral. La question de l’appui logistique était également au rendez-vous de cette grande rencontre des bailleurs des fonds du processus électoral congolais. A cette occasion, le Président de la CENI a insisté sur l’importance de l’appui logistique de la MONUSCO, sans lequel il sera difficile d’organiser tout le déploiement du matériel électoral dans le délai.

En ce qui concerne le financement du processus électoral, le président Corneille NANGAA YOBELUO a indiqué qu’au regard du consensus obtenu sur l’urgence de mise à jour du fichier électoral congolais, il est donc indispensable que le Gouvernement et la Communauté internationale se prononcent utilement sur leurs apports respectifs. A l’issue de la réunion, le Président de la CENI était satisfait de cette deuxième rencontre : « Nous venons d’avoir une réunion du Comité de Partenariat du Projet d’Appui au Cycle Electoral au Congo (PACEC). Le projet PACEC, c’est le projet qui constitue le panier commun des bailleurs pour le financement ou l’appui financier au processus électoral. Et aujourd’hui, c’était la deuxième réunion. La première réunion a eu lieu le 28 janvier 2016. Et nous avons eu deux réunions mensuelles d’évaluation.

Nous avons échangé de l’appui des partenaires sur le processus électoral. Vous vous souviendriez que le Gouvernement pour sa part avait déjà avalisé un plan de décaissement et il a commencé à exécuter ce plan de décaissement. La question reste aujourd’hui au niveau des partenaires parce que la question que nous leur posons est à quand leur tour. C’est de cela qu’il était question. Nous allons poursuivre des discussions. Nous aurons la prochaine réunion le 30 mars mais cette réunion sera précédée par une réunion de comité technique pour évaluer les options de ce financement».